appel aux compositeurs, suite au concours international de Basson de Paris/Ville d'Avray 2009

Cher Compositeur et Ami

 

Le 30ème Concours International d'Interprétation de Paris-Ville d'Avray qui vient de se terminer les 14 et 15 mars était consacré cette année au basson. Les 13 candidats retenus en demi-finale (2 allemands, 2 américains, 1 canadien, 1 croate, 4 français, 2 japonais, 1 slovène), sur les 37 bassonistes qui se sont manifestés, ont tous interprété sur le fagott le programme imposé d'oeuvres françaises écrites pour le basson, et aucun d'entre eux sur le basson (français).

 

Kiyoshi Koyama, membre du jury venu de Tokyo, qui a créé au Japon l' "Association pour le basson français", tout comme son homologue américain Benjamin Coelho, n'en ont pas cru leurs yeux, et encore moins leurs oreilles, devant cette constatation : en France le basson français se meurt ! Il n'a même plus une petite place, et jouit encore moins de la cohabitation harmonieuse que l'on pourrait espérer avec le fagott : sa disparition est programmée.

 

Naturellement ceux qui n'ont pas d'oreille(s) ou que la musique indiffère ne sont pas concernés, mais les Compositeurs, qui voient dans cette disparition s'appauvrir leur palette sonore, doivent se sentir profondément affectés à l'égal d'un gastronome devant la disparition d'un grand cru.

 

Pendant que les bassonistes français se chamaillent sur des questions subalternes relatives aux prétendus avantages de l'un sur l'autre, au niveau du bocal, de la perce, des clés, des anches, du "confort",...et que les luthiers ne font que constater et subir le déclin de leur production, il me semble être du devoir des Compositeurs de (se) manifester pour réclamer des mesures permettant tout au moins de maintenir à un niveau égal la cohabitation du basson et du fagott dont les sonorités sont si différentes, mesures à prendre tant au niveau de l'enseignement que de la diffusion au sein des orchestres subventionnés.

 

Permettez moi donc de vous demander votre adhésion à cette "revendication" en me retournant ce courriel avec votre éventuelle approbation. Les remarques et contradictions argumentées seront toujours bien venues.

 

Avec toute mon estime.

 

                                        Jean-Louis Petit

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site